HOMMAGE À Claude BarrèreAmi et soutien de Macao et Cosmage, disparu en ce début d’année 2021 

Claude Barrère entouré de Françoise Guiseppin, Anne Marinet-Redaud, Philippe Chesnoy, membres de l’association. Il y a un an lors de l’inauguration de l’exposition consacrée à Edy-Legrand à l’Atelier Canopé 31 à Toulouse, février 2020

L’équipe de Macao a perdu un précieux ami.

Pour nous, ce fut d’abord Jean-Claude, quand nous l’avions, chacune à différent titre, rencontré dans les années 1980-1990. Il travaillait alors au CRDP de Toulouse et soutenait, comme formateur et inlassable passeur, avec sa sensibilité de poète et son regard d’artiste, l’album jeunesse et la promotion de la lecture des jeunes. Très impliqué dans le CRILJ Midi-Pyrénées, dont il fut président, il savait jeter des ponts entre les divers acteurs du livre, écoles, bibliothèques, librairies, associations…, sans exclusive, transmettant à tous, avec une exigence bienveillante, son goût des mots et de l’art, «toujours avec une sensibilité profonde aux besoins de chacun» comme le souligne Françoise Guiseppin dans le blog d’Ombres Blanches, à qui nous empruntons ces extraits.

« Il n’avait pas son pareil pour amener votre regard vers la singularité profonde d’un album, vers ce qui faisait sa vraie originalité, au milieu de tant d’autres qu’il jugeait juste « pas mal, oui peut-être, mais un peu pauvre quand même, tu trouves pas ? ». Et il argumentait. Sa connaissance intime du travail de fond des artistes lui permettait d’avoir cet œil aiguisé sur la création, celle qui nous bousculait et faisait bouger les lignes. « Son amour des textes, et particulièrement de la poésie, nous aidait à affûter notre compréhension du fameux ‘’accord texte/image’’ qui était l’alpha et l’omega de l’appréciation d’un bon album.

Nous avons tellement appris de lui.

Lorsque nous avons fondé l’association Macao et Cosmage  il a été de nos premiers supporters, et indéfectible soutien. Et puis surtout, il était un ami fidèle, attentif, encourageant…et drôle !
Pour nous, il était Jean Claude, mais dans son travail d’artiste (dessin, gravure) et de poète, il signait Claude Barrere. Il a exposé ces dernières années dans la région, et réalisé des livres d’artiste aussi. Ses poèmes, qu’il offrait avec générosité, étaient tissés d’un mélange de finesse, de justesse, et de la tendresse d’un écorché-vif. Nombreux sont celles et ceux qui, comme nous, le pleurent aujourd’hui ».
Françoise Guiseppin

Il était encore parmi nous, il y a juste un an, pour l’inauguration de l’exposition Edy-Legrand, partageant généreusement son enthousiasme. Oui, cet ami fidèle nous manquera. Autres hommages et éléments biographiques sur les sites de l’OLL, CRILJ, La Dépêche, Galerie 21, Actualitte.